Georges Langford

1948 -
Georges Langford
Crédit photo
Julie D'Amour-Léger
Havre-aux-Maisons
Îles de la Madeleine

Georges Langford passe son enfance à Havre-aux-Maisons, aux Îles-de-la-Madeleine, puis étudie à Bathurst, au Nouveau-Brunswick, où il compose ses premières chansons. De retour aux Îles, il ouvre les boîtes à chansons "L'Astrid" et "Le vieux quai" au milieu des années 60. En 1967, il participe au film "La noce est pas finie" de Léonard Forest, produit par l'ONF,  dont il signe également la musique. Installé à Montréal en 1970, Georges Langford se distingue dans les boîtes à chansons de la métropole.

De passage à l'émission "Sous mon toit", diffusée sur les ondes de Télé-Métropole, il interprète "Le Frigidaire" qui deviendra un succès international en 1971 lorsqu'enregistrée en plusieurs langues par Tex Lecor, chanteur et animateur bien connu de "Sous mon toit".  Cette notoriété ouvre la voie à la carrière personnelle de Georges Langford qui connaît, dans les années qui suivent, plusieurs succès dont "Thunder Bay", "Derrière", "Le 15 de mai", "Acadiana", "Le péril jaune" et "Allo! la Calypso".

En 1973, il publie un recueil de poésie et de chansons aux Éditions Diffusion-Québec intitulé "Arrangez-vous pour qu'il fasse beau", qui est également le titre de son premier album. L'année suivante, il fait la première partie du spectacle de Louise Forestier à la Place des Arts. Délégué par la SRC au Festival de Spa en 1975, Georges Langford remporte le prix de la meilleure nouvelle chanson avec "Acadiana". On le retrouve au Festival d'été de Québec pour une rencontre mémorable avec deux autres personnages fort remarqués de la chanson à caractère festif: Plume Latraverse et Willie Lamothe, en 1977. L'idée est reprise quelques années plus tard au Camp-Fortune, dans la Gatineau, et fait l'objet d'une diffusion à la SRC.En 1981, Georges Langford devient directeur de la programmation de CFIM-MF, la radio communautaire des Îles-de-la-Madeleine. Il publie "L'Anse-aux-demoiselles" chez Leméac en 1985, une chronique des Iles où il organise chaque été un Festival acadien auquel il participe, en plus d'assumer la direction artistique de la boîte à chansons "La Côte". L'auteur-compositeur et poète publie en 1992 "Le premier voyageur" aux Éditions Hexagone , un recueil de poèmes inédits et de textes de chansons des 25 dernières années. En octobre 1992, il reçoit le prix littéraire Jovette-Bernier pour l'ensemble de son oeuvre et deux ans plus tard la SOCAN accorde le titre de Classique de la chanson québécoise, confirmant 25 000 passages à la radio, à la chanson "Le frigidaire". On lui doit également la musique du film Ti-Cul Tougas de Jean-Guy Noël, produit par l'ONF en 1976.

Ce n'est qu'en juillet 2003, après une absence sur disque de près de 25 ans, qu'il lance l'album "Il n'y a qu'une histoire", marquant le trentième anniversaire de son premier enregistrement, paru en 1973. Fidèle à son coin de pays et à son goût des voyages, l'artiste y propose des refrains avides de grands espaces comme "48 degrés et des étoiles", qui évoque les pérégrinations de Jacques Cartier ou "Le premier voyageur" et d'autres imprégnés des Îles tels "Le havre qu'est g'lé", "Sur une plage" et une reprise de "La butte" qui boucle le trajet amorcé avec son premier album.

En 2015, La Société Nationale de l'Acadie lui décerne la Médaille Léger-Comeau, la plus haute distinction offerte par le peuple acadien.

Son plus récent recueil de poèmes et de chansons," Un point sur la mer",  est publié aux éditions la Morue verte en 2016.

Source : Ce texte biographique a été rédigé par Robert Thérien, chercheur et spécialiste de la chanson québécoise et actualisé par l'équipe de Québec Info Musique.